La petite histoire : 2014

 

PATRICE À LA RETRAITE : IL ÉTAIT TEMPS !

Cinq ans après Gérard Aimé, c’est au tour d’un autre dinosaure de quitter la petite barque Alternatives. À 66 ans, il était temps que Patrice Aoust prenne le(bon) temps pour aller (re)découvrir le vaste monde ! Pierre Beaucousin reprend une partie de ses attributions auprès de Sabine. Évidemment ce joyeux fêtard allait profiter de son départ pour organiser l’avant-veille du printemps une soirée comme il les aime dans les prestigieux salons d’honneur de Gallimard : musique live jazz manouche assurée par son fils Rafaël, spécialités néerlandaises  – ah les harengs crus ! – que fait découvrir sa femme Ingrid et un nombre invraisemblables de boissons d’origines diverses. Le grand moment de la soirée fut le discours de Sabine Bledniak qui rappela dans les très grandes lignes celui que prononça André Malraux lors de la panthéonisation de Jean Moulin. Le voici dans son intégralité :
« Patounet infernal,
(un nom parfaitement mérité d'ailleurs comme on va pouvoir s'en apercevoir !)
Patounet infernal (donc), l'heure des comptes a sonné et la note, tu t'en doutes, va être salée.
Donc additionnons ces fragments de souvenirs qui sont autant de petits cailloux sur la longue route qui fut la nôtre depuis un fameux mois d'août 1990...
Alors en vrac...
• Toi au salon du Livre, devant le stand d'Alternatives, entretenant une conversation animée  avec un interlocuteur se trémoussant quelque peu (d'impatience ai-je pensé et l'avenir m'a confirmé que ça pouvait arriver... assez souvent d'ailleurs) et t'interrompant régulièrement pour remettre d'aplomb une tenture derrière toi qui tombait toutes les deux minutes. Un vrai spectacle qui m'a convaincue illico de poser une candidature de stage aux éditions Alternatives (bon, soyons honnêtes, le catalogue a joué aussi).
• Le matin où j'ai constaté ébahie que tes pieds étaient chaussées de deux chaussures dépareillées, bleu marine certes, comme tu me l'as justement fait remarqué ensuite, mais différentes tout de même !
• Tous ces autres matins avec ton tee-shirt à l'envers arborant fièrement son étiquette sur le devant,
• Ta relation douteuse (entre autres !) avec les accents circonflexes que tu retires systématiquement quand il en faut et que tu rajoutes là où il n'en faut pas, même chose d'ailleurs pour le vernis sélectif !
• Ton goût (justement Patrice, là il faut un circonflexe !) pour les blagues à trois balles (qui ici n'en a pas profité ?), l'actualité en général (le “Libé” du matin que je piquais systématiquement), et les résultats sportifs (toutes disciplines confondues... et oui) en particulier, les phrases définitives du genre des trucs comme ça... ou on rigole au canard bleu (je suis à la disposition de ceux qu'une explication tenterait )...
• Ta propension à tout raconter en détails (d'où pour ceux qui suivent, le possible trémoussement d'impatience de l'auditeur),
• Ta petite bronchite de l'hiver qui traîne, qui traîne,
• Les sourires et les franches rigolades,
• Ta tendance à tout prendre du bon côté, et du coup à travailler toujours dans la joie et la bonne humeur même si parfois on aimait te rappeler que si, là quand même, y avait vraiment un problème...
• Peu de disputes, pas de brouille, des coups de chaud beaucoup, des coups de sang parfois, des coups durs aussi, ceux de la vie, et il y en a eu quelques-uns au cours de notre compagnonnage.
• Tous ces moments partagés dont j'ai oublié la teneur mais dont je garde la tonalité...
Alors au total, si je retire les quelques heures où j'ai forcément été tentée de t'envoyer faire un stage de badminton, de tennis, de golf (ou de yoga tiens pourquoi pas !) à l'autre bout de la Terre, ou à t'engager à suivre un cours d'entraînement accéléré pour parler doucement au téléphone, je garde tout de ces 24 années passées ensemble, rien à jeter.
Et je ne dois pas être la seule à penser ainsi, au vu de tous ceux qui sont là ce soir, en présence ou en pensée, et qui ont tenu par leur présence à t'assurer que oui, vraiment, ça a été cool et rock n'roll de travailler avec toi. Et pour t'en remercier, on a pensé que finalement, on pouvait tous ensemble t'envoyer voir ou revoir un bout du monde...
On dit que les voyages forment la jeunesse, on compte sur toi pour qu'ils ne déforment pas la vieillesse... »
 
Bon, la petite – si débordée que c’est sans doute la dernière rubrique de la petite histoire – équipe d’Alternatives n’a pas fait que la fête en 2014 : 30 nouveautés verront le jour.
Bon, on n’a pas pu complètement se débarrasser de Patrice : il assure depuis son départ l’animation de notre site et de nos réseaux sociaux. Une vraie pègue, comme on dit dans le Midi…
(Le carton d’invitation pour la soirée est un détournement d’une illustration de Guy Pellaert imaginé par Denis Couchaux).


 

 < 2013 
 La petite histoire 
Omer Pesquer / conception + design + réalisation Web
( proposition graphique initiale : Jean-Jacques Tachdjian )
WWW credits