>> ACTUALITÉS ET ÉVÉNEMENTS
 
LES DERNIERS
 
actu : web

“Affichiste !” : « un livre-portrait au texte remarquable » (Télérama.fr)

Mis en ligne le 30/04/19 | #
 

Un des très bons côtés d'Internet c'est qu'il permet de développer l'analyse sans se soucier de la longueur de celle-ci. C'est vrai dans l'article publié par Télérama.fr à propos de Affichiste ! Xavier de Jarcy y fait une présentation très complète du livre de Daniel Lefort – « ancien conseiller culturel de la France en Amérique latine ». « Le texte est remarquable. C'est une histoire de création, d'amour, de rock'n'roll, de voyages et d'amitiés entre Lefort » et Michel Bouvet, le héros de l'ouvrage qui « n'est pas qu'un portrait plein de sympathie ou qu'un catalogue d'images. Il raconte une page de l'histoire du graphisme. ». Cliquer sur le lien suivant pour lire la totalité de l'article : ici.


actu : web

« Est-ce que j'ai une gueule d'affichiste ? »

Mis en ligne le 24/04/19 | #
 

En attendant Nadeau logo

Cette question, c'est le titre de la chronique que le site En attendant Nadeau consacre à Affichiste !, en reprenant un formule de Michel Bouvet. Albert Bensoussan souligne notamment dans sa longue analyse : « Ce livre original, qui mêle le récit objectif et l’interpellation de l’artiste à la deuxième personne, tout en plongeant dans l’exégèse soutenue de son œuvre à la lumière des propres expériences de ce fin connaisseur des arts qui n’hésite pas à faire interférer ses propres références littéraires, de Georges Limbour
– à qui Daniel Lefort a consacré sa thèse de doctorat ès lettres – à César Moro – grand surréaliste péruvien dont il a coédité
La obra poética completa –, est avant tout une oeuvre littéraire, où l’imaginaire le dispute au savoir, la fantaisie au document scientifique. » On adore la conlusion : « Décidément, ce magnifique ouvrage de Daniel Lefort, en soi une œuvre d’art avec sa typographie de dactylographie à l’ancienne, qui introduit si savamment à l’art du plus célèbre graphiste de France, de Navarre et de bien d’autres étranges contrées, est d’un cru long en bouche, bien charpenté, robe lumineuse, cuisse voluptueuse et bonnes papilles, à déguster à belles lampées. Un seul mot pour conclure : Salut l’artiste ! »À lire ici dans son intégralité.


actu : web

“Vélotaf” en roue libre sur le Web 2

Mis en ligne le 31/03/19 | #
 

Après “Vélotaf” en roue libre sur le Web, voici une deuxième fournée sur la Toile pour Vélotaf :

Jeanne à Vélo fait une analyse très détaillée du livre, soulignant notamment que
« tous les conseils donnés, et plus largement tous les questionnements abordés, sont judicieux, et on peut dire que la question de la remise en selle à des fins utilitaires est bien traitée in extenso. » Plus loin : « J’ai été surpris quand le libraire m’a tendu le livre. Je m’attendais à un plus grand format de type album. Rien à redire sur la qualité de l’édition elle-même, mais ce petit format ne met pas assez en valeur les chouettes illustrations d’Ève Coston. » Et pour conclure : « Au final, de l’enthousiasme et une écriture pleine d’allant. Tout le contraire d’un livre écrit avec les pieds donc. Pour filer la métaphore on pourrait même dire que c’est un livre énergiquement écrit avec les cuisses, celles, toniques et musclées, d’un vélotaffeur au long cours. »

Isabelle et le vélo livre également une analyse tout aussi approfondie du livre de Jérôme Sorrel : « Tout le charme de ce petit livre réside dans le fait que l’auteur a découvert le vélo récemment. Son ambition est simplement de guider les hésitants dans leurs premiers choix, il ne risquait donc pas d’être pédant. Au contraire s’il a pris un plaisir visible à écrire sur le vélo il ne prétend pas avoir réponse à tout. D’ailleurs il ne sait pas tout. Son ambition est d’aider les hésitants à s’y mettre et les guider dans leurs premiers choix. 4 ans déjà de velotaf ça n’est pas tout à fait rien ! »

À remarquer aussi, le long article que Julien Duriez consacre au phénomène des vélotafeurs sur La Croix.com et titré : « #Velotaf, #surmaroute : les travailleurs à vélo se mobilisent sur Twitter. »

Autre référence, celle de Vélo pour tous en pays rochelais avec sa jolie conclusion :
« Un guide très complet (même si on pourra toujours discuter entre spécialistes de certains choix), pas manichéen pour un sou, dans une démarche très positive et constructive, le tout illustré avec délicatesse par Ève, chroniqueuse du vélotaf. »


actu : web

“Vélotaf” en roue libre sur le Web

Mis en ligne le 27/03/19 | #
 

J Sorrel               Jérôme Sorrel lors de la signature presse dans la bibliiothèque de Gallimard

Ce n'est pas vraiment une surprise : les sites ou blogs consacrés au vélo plébiscitent Vélotaf :

– « un bouquin tellement chouette » déclare ainsi Bike Café qui précise : « Jérôme Sorrel nous livre dans ce livre, délicieusement illustré par Ève Coston, elle-même vélotafeuse, un retour d’expérience sur sa reconquête d’un espace urbain envahi par l’auto. Le ton de l’ouvrage est humoristique, mais son contenu n’est pas anecdotique, au contraire : il est rempli d’informations pratiques. Jérôme sait nous amuser, mais également nous instruire. Même moi, qui ne suis pas un débutant en matière de vélo, j’ai appris des choses en le lisant. Les dessins d’Ève sont très parlants et ils résument le propos en renforçant les messages. »

Vélotaf.com«affirme que c'est « le premier guide pratique listant tout ce qu'il faut savoir avant de se remttre en selle ! »

Biblio cyclesBiblio cycles – se présentant ainsi : « Les animateurs de ce blog ont pour ambition de présenter toute la richesse et la diversité des parutions autour de la bicyclette – reprend aussi la même affirmation et d'ajouter : « l’auteur dispense conseils et retours d’expérience à tous ceux qui voudraient bien s’y mettre mais qui n’osent pas ! »


actu : web

Libération.fr à tu et à toit

Mis en ligne le 04/01/19 | #
 

          

Une longue analyse de Sybille Vincendon à propos de Habiter les toits est paru dans Libération.fr le 4 janvier avec un titre « à la Libé » comme on peut le voir ci-dessus. Elle souligne notamment ceci : « Olivier Darmon a consacré [un ouvrage] à l’usage de la «cinquième façade», nom que les architectes donnent au couvercle des bâtiments. Sous le titre Habiter les toits, il passe en revue les mille manières de le faire partout dans le monde. Qu’on ne se méprenne pas : même si quelques penthouses spectaculaires figurent dans le livre, on n’est pas dans une revue de décoration. Habiter le toit au Caire, c’est vivre dans un bidonville en hauteur. Les immeubles du XIXe siècle sont couverts de cabanes, celles qui logeaient le gardien et les domestiques et qui abritent maintenant les victimes de l’exode rural. Bricoler une survie sur le toit est vieux comme l’antique. »
Pour lire l'intégralité de l'article, c'est ici.


actu : web

Streep, streep, streep triple hourra ! (bis)

Mis en ligne le 11/11/18 | #
 

L'excellent site streep.fr a particulièrement apprécié nos nouveautés street art, avec pour chaque présentation, une réflexion fouillée des ouvrages. Après avoir (bien) parlé de l'ouvrage de Nath' Oxygène et Brigitte Silhol (voir Streep, streep, streep, hourra ! pour “Street art Europe & graffiti” ), trois autres titres ont été mis en avant :

Le Bestiaire fantastique du street art est « un livre subtil sur nos amis les bêtes. [...] Cette parution a le mérite de développer un sujet très populaire dans l’imagination artistique. La mise en page a du sens, tout comme les textes. Il ne s’agit pas d’un ouvrage photographique sans réel fond, hélas très en vogue actuellement. Ici les écrits sont réfléchis et on prend plaisir à tourner les pages. » C'est ici pour pour profiter entièrement de l'article ilustré.

Graffeuses. « L’atout principal du livre vient de ce côté humain dont la narration est particulièrement intéressante : ce sont les graffeuses elles-mêmes qui racontent leur expérience. » À découvrir .

Green Art » est d’abord un bel objet. Une couverture cartonnée à la photographie élégante de l’artiste français Philippe Echaroux réalisée lors de son voyage au cœur de la forêt amazonienne, des clichés esthétiques venant des artistes eux-mêmes et une mise en page efficace, classée en quatre chapitres. » Le plus.

Bestiaire streep.fr  Street art Europe streep.fr

Graffeuses streep.fr  GreeenArt streep.fr

 


 
archives - WEB :
> 2019 : avril - mars - janv.
> 2018 : nov. - oct. - juin - mai - mars - janv.
> 2017 : déc. - nov. - juin - avril - mars - fév.
> 2016 : déc. - nov. - mai - avril - fév. - janv.
> 2015 : déc. - nov. - sept. - juin - fév.
> 2014 : déc. - nov. - oct. - sept. - juin - mai - fév. - janv.
> 2013 : déc. - juil. - juin - mai - avril - mars
> 2012 : déc. - juil. - juin - avril - fév.
> 2011 : déc. - nov. - juil. - avril - mars - fév. - janv.
> 2010 : nov. - oct. - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2009 : déc. - nov. - oct. - sept. - juin - mai
> 2008 : juin - janv.
> 2007 : nov. - oct. - avril
> 2006 : oct.
Omer Pesquer / conception + design + réalisation Web
( proposition graphique initiale : Jean-Jacques Tachdjian )
WWW credits